About us / Contact

The Classical Music Network

Brive

Europe : Paris, Londn, Zurich, Geneva, Strasbourg, Bruxelles, Gent
America : New York, San Francisco, Montreal                       WORLD


Newsletter
Your email :

 

Back

Rigoletto de poche

Brive
Voutezac (Château du Saillant)
08/14/2011 -  et 17, 19 mai (Neuchâtel), 9 (Lulworth), 16 (London), 21 (St James, Guernsey), 24, 26 (Oakford) juin, 11, 13 (St Lawrence, Jersey), 29 (Wells next the Sea) juillet, 5 (Ecuillé), 9 (Vouvant), 23, 27, 31 (Saint-Jean-Cap-Ferrat) août, 18 (Henley upon Thames), 27 (London) septembre 2011
Giuseppe Verdi: Rigoletto

Eddie Wade (Rigoletto), Sarah Power (Gilda), Nicholas Ransley (Le duc de Mantoue), Catriona Clark (La comtesse Ceprano), Richard Mitham (Le comte Ceprano), Daniel Howard (Marullo), Kevin Jones (Matteo Borsa), Gaynor Keeble (Giovanna), Freddie Tong (Sparafucile), Antonia Sotgiu (Maddalena), David Stephenson (Monterone), Joanna Foote (Un page), Lawrence Olsworth-Peter (Un huissier)
Bryan Evans (piano, direction artistique et musicale)
David Edwards (mise en scène), Cordelia Chisholm (décors et costumes), Mandy Demetriou (chorégraphie)


S. Power, E. Wade (© Christian Delmas)


Après avoir démontré dans La Fille du régiment son excellence dans le registre léger, Diva Opera se tourne vers le drame, avec Rigoletto (1853): Orange, Saint-Céré, il semble qu’il ne soit jamais possible de combler l’appétit du public pour l’un des plus célèbres ouvrages de Verdi, car la grange du château du Saillant est comble pour accueillir de nouveau la compagnie britannique. Mais ici, le format n’est évidemment pas celui des Chorégies, ni même celui, quelque peu réduit, du festival saint-céréen.


Conçu par Cordelia Chisholm, qui signe également des costumes XVIe de bon aloi, le décor, nécessairement limité par l’exiguïté de la scène, consiste en deux cadres constitués de montants de bois qui, déplacés au fil de l’action et complétés par deux bancs, permettent de définir les lieux et les espaces. Cierges, capuchons inquiétants et robes noires contrastant avec la robe blanche de Gilda exposée sur une table inclinée: les images qui illustrent le prélude disent déjà tout du drame à venir. Ensuite, la mise en scène de David Edwards, servie avec conviction par les chanteurs, joue davantage la solidité que l’invention.


Bouffon tenant à la fois du rapace (bec de son masque) et du corbeau (plumes sur son dos), Eddie Wade n’en est pas moins un Rigoletto d’une profonde humanité, égaré, hagard, tout à fait crédible: si sa voix, plus mate que chaleureuse, ne possède pas de particularités exceptionnelles, il sait néanmoins l’exploiter avec un sens dramatique très prononcé – la blancheur de certains aigus – et soigne toujours le phrasé. Mais c’est la Gilda de l’Irlandaise Sarah Power, exquise Nannetta du Falstaff de 2010, qui fait, à juste titre, l’unanimité: pâle et rayonnante à la fois, comme sortie d’un tableau préraphaélite, elle s’impose par un timbre d’une grande fraîcheur et par un aigu infaillible, quoique parfois encore un peu vert. Comme la veille dans La Fille du régiment, mais sans doute à un moindre degré, c’est le ténor qui peine davantage à satisfaire: Nicholas Ransley manifeste un indéniablement souci de la ligne de chant, mais il a du mal à tenir la note, sa voix manque d’homogénéité aussi bien que de velouté, l’émission ne se caractérise pas par sa clarté et les aigus sont difficiles – d’autres rôles que celui du duc de Mantoue lui conviendraient mieux. Plus que la Maddalena correcte d’Antonia Sotgiu, on remarque par ailleurs le Monterone plein d’autorité de David Stephenson.


Enfin, trois des protagonistes de La Fille du régiment retrouvent dans Rigoletto des emplois d’importance inégale: Catriona Clark, délicieuse Marie la veille, ne fait qu’une courte apparition en comtesse Ceprano, mais Freddie Tong mue de débonnaire Sulpice en sombre Sparafucile, brillant plus par sa puissance que par sa justesse, tandis que Gaynor Keeble troque ses habits de marquise pour ceux de la duègne, avec autant de personnalité. Compte tenu de la richesse de la partition, le directeur musical, Bryan Evans, assure un accompagnement vaillant – un conseil, à propos: préférer les places impaires, opposées au piano, qui a tendance à être un peu trop présent côté pair...


Le site d’Eddie Wade
Le site de Sarah Power
Le site de Nicholas Ransley
Le site de Gaynor Keeble
Le site de Catriona Clark



Simon Corley

 

 

Copyright ©ConcertoNet.com