About us / Contact

The Classical Music Network

Berlin

Europe : Paris, Londn, Zurich, Geneva, Strasbourg, Bruxelles, Gent
America : New York, San Francisco, Montreal                       WORLD


Newsletter
Your email :

 

Back

Duruflé à Berlin

Berlin
Philharmonie
05/14/2017 -  
Maurice Duruflé : Quatre Motets sur des thèmes grégoriens, opus 10 (#) – Requiem, opus 9 (*)
Wiebke Lehmkuhl (*) (contralto), Michael Nagy (*) (baryton), Tobias Berndt (*) (orgue)
Rundfunkchor Berlin (# *), Chœur des invités du Rundfunkchor Berlin (*), Membres de la Deutsche Streicherphilharmonie (*), Rundfunk-Sinfonierorchester Berlin (*), Simon Halsey (direction)




Les Mitsingkonzerte de Simon Halsey, l’un des plus grands chefs de chœur en activité, sont devenus une véritable institution à Berlin. Depuis 2003, de très nombreux chanteurs amateurs participent à ces concerts organisés un dimanche à la Philharmonie de Berlin et dont le principe est simple: proposer en une journée deux répétitions, l’une avec piano réservée à ces chanteurs préparés individuellement ou en chœur, la seconde avec orchestre et en présence du Chœur de la Radio de Berlin, le tout étant suivi d’un concert sous la direction de Simon Halsey. Formé à Londres, il fut, dès 1983, le chef du City of Birmingham Symphony Chorus, en étroite collaboration avec le directeur de l’orchestre à l’époque, Simon Rattle, fonction qu’il occupe toujours, et a aussi été directeur du Chœur de la Radio Berlin de 2001 à 2015, avant d’être appelé à la direction du London Symphony Chorus en 2012 et de l’Orfeó Català en 2016. Il possède donc, mieux que quiconque, cette double culture chœur amateur/chœur professionnel et cherche par tous les moyens à les faire se rencontrer. Il a déjà exporté, et avec un succès toujours grandissant, ce type de concert en Turquie, en Hongrie et plus récemment à Vienne. Lors de ces Mitsingkonzerte internationaux, la préparation du concert final est répartie sur plusieurs jours, permettant un travail encore plus en profondeur.


Ce concert berlinois débutait par une interprétation miraculeuse, par le seul Chœur de la Radio de Berlin, des Quatre Motets sur des thèmes grégoriens de Duruflé. Simon Halsey, placé juste devant la soixantaine de chanteurs, dirige avec une incroyable souplesse de geste cette musique raffinée. Le chœur est d’une beauté sonore fascinante: l’intonation est bien entendu irréprochable, la polyphonie parfaitement équilibrée et les phrasés à la fois libres et précis. Les voix graves sont particulièrement chaudes, les voix aiguës sonnent sans dureté et l’octave finale, impeccable, conclut avec émotion une exécution à la fois excellente et musicale. Du travail d’orfèvre dans lequel on ressent aussi le plaisir manifeste de ces chanteurs berlinois de retrouver leur ancien directeur.


Le Requiem de Duruflé était ici donné dans sa version avec orgue et orchestre. Pour l’occasion, on l’a compris, près de mille chanteurs amateurs centrés autour de la scène, se joignent au Chœur de la Radio de Berlin et au l’Orchestre symphonique de la Radio de Berlin, l’un des trois grands orchestres symphoniques berlinois, partenaire régulier de ces concerts participatifs. Simon Halsey, qui a fait part lors de la matinée de travail de son amour de cette pièce (comme de la culture et de la musique françaises!), très souvent jouée en Grande-Bretagne mais rarement en Allemagne, dirige avec une belle énergie et dans des tempi assez rapides une musique qu’il maîtrise parfaitement. L’orchestre, très concentré, excellemment préparé et à la sonorité riche et pleine, répond avec précision à ses intentions et sollicitations. Les bois possèdent de splendides timbres et les cuivres sont présents et sonores mais sans jamais d’excès. Il n’y a aucune facilité dans la direction de Simon Halsey, qui trace la ligne, sans céder sur l’énergie ni sur les nuances malgré l’imposant effectif. Et les chanteurs répondent présent avec un palpable enthousiasme qui culmine sans doute dans un Libera me spectaculaire, qui fait trembler, mais non saturer une salle qui, plus de cinquante ans après sa construction, continue d’impressionner. Parmi les solistes, Wiebke Lehmkuhl émeut particulièrement notamment grâce à son timbre sombre qui convient bien à ce magnifique Pie Jesu, accompagné par le superbe violoncelle solo. Un Pie Jesu qui n’est pas sans rappeler celui d’un certain Gabriel Fauré... L’étonnant In Paradisum et son sol dièse final lancé comme vers l’infini, et dont Simon Halsey expliquait avec passion le caractère improbable, résonnera sans doute encore longtemps dans le cœur de ce millier de chanteurs qui ont eu la chance de participer à cet incroyable moment de musique. Merci à lui d’offrir à ces chanteurs amateurs l’excellence et la joie de la musique partagée au plus haut niveau dans cette salle décidément unique qu’est la Philharmonie de Berlin!


Le prochain Mitsingkonzert berlinois, le 6 mai 2018, sera dédié au Requiem allemand de Brahms. Et les Français pourront enfin découvrir ce type de manifestation et le formidable Simon Halsey dans la salle Pierre Boulez de la Philharmonie de Paris le 3 juin 2018 pour un concert participatif international dédié au Messie de Haendel, version anglaise bien entendu. Rejoice!



Gilles Lesur

 

 

Copyright ©ConcertoNet.com